Salazie

Symphonie en vert et azur

Symphonie en vert et azur

Salazie (de salaozy, “bon campement” en malgache) doit sa verdoyante luxuriance à ses fabuleuses précipitations encombrant les livres de records. Capitale du chouchou, des cascades vertigineuses et des fruits parfumés, il est encore un de ces lieux où à la douceur de vivre se dispute la gentillesse de ses habitants.

Salazie est le plus accessible des cirques de l’île . De Saint-André, il ne faut que 20 minutes d’une route enchanteresse pour accéder au bourg principal . 10 000 hectares, moins de 8 000 habitants (1999), densité plus que raisonnable conférant au cirque toutes les qualités qui font que l’on aime y vivre . L’enchantement commence bien avant le village . La route sinue entre de vertigineuses montagnes sabrées de longues cascades apportant humidité et prospérité aux îlets où l’on cultive bananes, bibasses, pêches, agrumes et pommes... et le chouchou, emblème du cirque.

Trois principaux hameaux le composent . Salazie, le chef-lieu, s’étale entre collines, sombres ravines, et petits plateaux où se réfugie une population laborieuse et attachante . Hell-Bourg, classé parmi les plus beaux villages de France, offre ses vieilles demeures bien conservées, ses heures indolentes, ses restaurants typiques, son élevage de truites et un des plus vieux cimetières des Hauts, aux vieilles pierres souvent indéchiffrables . 

Bref historique

Salazie fut longtemps ignorée. Ne s’y aventuraient que les esclaves en fuite dont le plus célèbre, Anchaing, a laissé son nom au grand pic qui dresse sa majesté au beau milieu du cirque. A partir de 1830, quelques propriétaires ruinés s’y installent, suivis de petits colons n’ayant pas les moyens, après 1848, d’embaucher de la main-d’œuvre immigrée payante. C’est dans les Hauts que se crée une nouvelle population métissée issue d’unions entre “petits Blancs” désargentés et “Noirs esclaves” en rupture de servage.

Avec la découverte de sources thermales en 1842, Hell-Bourg devient villégiature ; sanatorium réputé pour régénérer les organismes anémiés. on y accourt de tout l’océan Indien. Salazie devient commune en 1899. Le cirque est siège d’un sombre épisode de notre histoire : le gouverneur Aubert, détrôné par les Forces françaises Libres, s’y réfugie en 1942. Il s’en est fallu de peu que le canon ne tonnât... Les sources sont détruites par le cyclone de 1948 mais Salazie demeure un lieu de ressourcement très prisé.

Notre site internet : http://www.ville-salazie.fr